Poésie : prises alternatives

Un journal de travail, par Samuel Rochery

jeudi 27 novembre 2014

@Revue CCP - A propos de Mattel


Parue dans CCP n° 27, une des critiques les plus justes écrites en France sur Mattel, par Guillaume Fayard - merci ! :

() MATTEL compile en fictions brèves les vies de figurines lambda placées sous l'égide du fameux constructeur de jouets. Sauf que leur plastique simpliste rencontre des interférences, et que rôde l'ombre de J. B. Wolgamot, l'homme des noms propres – qui autorisent bifurcations et ambiguïtés génériques. Cinéma, comics, jeux vidéos, Orient, Afrique, Noise Rock, les références prolifèrent mais renvoient bien au monde réel. Un principe transgressif hante le volume et vrille les récits : le mentir communicationnel de la métalepse*, outrepassement des cadres de la fiction produisant ici l'écart nécessaire à des fulgurations narratives, théoriques et poétiques rendant la fiction plus fictive et le réel plus tranchant. C'est l'une des multiples violences de ces fictions profondément expérimentales, joueuses mais sans cesse visitées par la mort, l'horreur, le meurtre, le viol... Les séquences autorisent une lecture sérielle, mais aussi une singulière progression rhétorique, conduisant à l'affirmation de la poésie, via l'oralité, comme moyen de résistance par la disjonction aux binarismes mortifères du régime journalistique achevé. Une affirmation politique.
* Le livre se présente aussi comme la « biographie instantanée et imaginaire d'un homme qui serait entièrement refait ou joué ou floué, au choix, par l'histoire cuisinée de son rythme. » Voir Métalepse : de la figure à la fiction, Gérard Genette, éd. du Seuil, Poétique, 2004.