Poésie : prises alternatives

Un journal de travail, par Samuel Rochery

jeudi 8 octobre 2015

Prose Quicksilver in L.A.


Histoire de me faire une idée de la parution prochaine d'une traduction d'Oxbow-p. aux Etats-Unis (courant 2016 ou 2017, probablement), et parce que ça me rend profondément heureux, reconnaissant et impatient, je me suis dit : il faut absolument que je rédige une biographie à l'attention du lecteur américain sur le quidam, en l'informant surtout de ce dont il n'aura rien à foutre (comme tout le monde, d'ailleurs) - façon de préparer à l'envers ce qu'il y aura effectivement de plus important à dire en temps voulu, of course : 

"Samuel Rochery est né à l'hôpital d'Angers, à trois rues de la maison de l'une des soeurs de sa maman, laquelle aurait pu s'appeler Chantal, même si tout ça est complètement faux. Il naît un lundi matin à 9 h 37. Il fait ses études à Nantes, en philosophie. Ne garde pas un bon souvenir de la vétusté des amphis, quand ce genre de souvenir lui revient par hasard (c'est-à-dire, quasiment jamais). Il a écrit tous ses livres de la main droite jusqu'en 2003. 2004 voit un tournant radical dans sa posture au bureau, lorsqu'il fait l'acquisition d'un ordinateur post-Amstrad équipé d'un traiteur de texte. Poète, aimant la vie (la fausse) et la poésie (la fausse), son nom ne figure ni dans la caisse de Jean-Mi, ni dans aucun sommaire des numéros de la revue de Jean-Ma, ce qui l'amuse énormément. Il va sortir un 11e livre de poésie (la fausse) bientôt, qui ne parlera pas à tout le monde (dans les faits comme dans les oreilles hypocrites, mais non sur le principe). Il a la chance de vivre dans un endroit abrité avec une sonnette et une boîte aux lettres - et croyez-moi, c’est pratique. Bisous des deux mains, folks. "

A propos du livre, j'ai trouvé chez Baptiste Gaillard (dont j'ai particulièrement aimé Le chemin de Lennie) un écho à la démarche qui est à l'oeuvre dans Oxbow-p. dans la théorisation de son propre travail à lui. Je vous invite à lire ce texte, "Le brouillon, le calepin, le poème (à partir d'Oxbow-p.)" à cette adresse :

http://baptistegaillard.com/?p=1975