Poésie : prises alternatives

Un journal de travail, par Samuel Rochery

jeudi 8 juin 2017

@Vanloo - Parution de Lettre à Chuck Norris




Lettre à Chuck Norris est un livre qui parle de technique du corps (le karaté) et de langage. Elle est adressée à l’acteur américain Chuck Norris parce qu’il peut représenter, notamment, l’engouement des occidentaux (dont je fais partie) pour les arts martiaux asiatiques, avec toutes les approximations que ça implique, les traductions erronées, etc. Ma lettre part justement d’une définition dite approximative du kata comme étant un combat imaginaire. Une définition moins approximative dirait qu’il s’agit d’un combat réel contre un adversaire imaginaire. En prenant note de cette traduction, qui a l’air d’être plus fidèle à la pensée du kata tel qu’il est compris en Chine ou au Japon, je mets les pieds dans le plat, si on veut : cette traduction sent la redondance, plus que la justesse. Elle sent la balourdise du langage descriptif, qui manque parfois des occasions de dérailler, quand on voit le corps de loin. Voilà le point de départ. A partir de ce point, j’essaie de déblayer le terrain pour une écriture qui opposerait au fantasme de l’écrivain (son fantasme quant à la langue maternelle fidèle aux choses, au corps, à la nature, etc.) un exemple possible de précision imaginaire, un peu comparable au kata : à la fois fiction pratique et théorie. Ecriture comme point d’impact réel de l’imagination.

Paru aux éditions Vanloo

PS : Pour relativiser le bide que ce genre de petit livre ne manquera pas de faire, à noter qu'il y a une réponse de Chuck Norris lui-même à la lettre, sorte de commentaire que la télévision américaine me fait l'honneur de soutenir :