Poésie : prises alternatives

Un journal de travail, par Samuel Rochery

samedi 20 janvier 2018

Relisant Barthes


Relisant Barthes, on dirait que ce passage décrit le drame déplacé, incongru, sans poids (dans une époque comme la nôtre) d'un livre comme Mattel. Ou : un genre de livre comme lui (il y en a), encore et toujours à venir, mais de plus en plus insonorisé par ce qu'on appelle l'actualité de la Communication (autre nom pour Littérature, j'en ai peur). A côté de la plaque de « l’universel pour l’universel » (très en vogue actuellement), en l'occurence. (Ah oui : les initiales "F. B.", dans le texte, ont toujours sur moi un effet comique, rappelant le nom parasite, envahissant, d'un youtubeur littéraire d'aujourd'hui...)

La littérature est condamnée à l’universel ; tout ce qui arrive en littérature est originellement culturel : les pulsions n’y naissent qu’habillées d’un langage antérieur ; la généralité dont on crédite depuis des siècles l’écrivain, le félicitant sans fin de faire de l’humain avec de l’individuel, est en réalité une servitude terrible : comment se louer d’une contrainte imposée par la nature même du langage ? Le problème de l’écrivain est donc au contraire de retrouver un particulier ultime en dépit de l’instrument général et moral qui lui est donné. (…) ici, l’auteur s’apprend et nous apprend que le particulier n’est pas l’individuel ; c’est, bien au contraire (…) la part impersonnelle et incollective de l’homme ; on ne trouvera donc dans ces textes rien qui ait un rapport avec une personne formée, c’est-à-dire avec une histoire, une vie, un caractère ; mais on n’y trouvera non plus aucun miroir d’humanité. (…) la substance de cette écriture n’est pas le « vécu » (le « vécu » est banal et c’est précisément lui que l’écrivain doit combattre), mais ce n’est pas non plus la raison (…) ce conflit célèbre, F. B. en rejette les termes, et c’est par ce refus innocent qu’il est en passe d’accomplir l’utopie d’un langage particulier. Cette action a une grande conséquence critique : bien que les textes de F. B. puissent être décrits comme étant, rien au monde ne peut les empêcher de devenir : objet parfait et cependant à faire, selon des voies qui appartiennent à l’auteur seul ; atteint dans l’écriture, le particulier lutte ici avec l’œuvre que toute la société, morale, exige de celui qui écrit.


Barthes, « Le général, l’individuel et le particulier », F.B., Le bruissement de la langue.